Décembre 2012: Prendre ou rendre des terres à la mer

 

verger

 Salle comble à l’Abbaye Ste Croix, un public nombreux est venu des Sables, de Challans, de l’Aiguillon, de la Roche, de Luçon… écouter la conférence de Fernand Verger.

Géographe, professeur émérite à l’école normale supérieure, il est personne référent pour les aménagements d’estuaires et de marais  du Mont St Michel, de l’estuaire de la Loire, de la Gironde et de la baie de l’Aiguillon.

Après avoir conquis des terres sur la mer pendant des siècles,  on constate que le processus de dépoldérisation est enclenché lorsque c’est nécessaire dans de nombreux pays : Pays-Bas, Angleterre, Belgique et  France.

La Vendée possède beaucoup de constructions en bord de mer. Il ne faut pas ignorer le phénomène de montée des eaux, 20cm au cours du XXème  siècle, et le processus va s’accélérer rendant nos côtes toujours plus vulnérables.

Il devient raisonnable de ne plus construire dans les niveaux bas. Dans certaines zones, on peut accepter une submersion partielle mais il est inutile de continuer à cuirasser le littoral. Il serait parfois moins coûteux de  déconstruire que de faire une défense à tout prix.

Il faut accepter les prés salés appelés «misottes » qui sont des zones très importantes  en terme de biodiversité, constituant des zones nourricières indispensables pour les alevins de poissons, et préserver ainsi, cette « respiration entre la terre et la mer ».

N .Barot

 

F. Verger-1

P1090613