Observatoires du Marais des Loirs – 30 juillet 2017

Sortie Observatoires du Marais des Loirs 30 juillet 2017

Agréable sortie dans le Parc Naturel des marais d’Olonne. Le Conservatoire du Littoral a acheté 40 ha du marais des Loirs et 2 observatoires ont été installés, nous allons les découvrir et observer l’avifaune de ces marais. Des panneaux nous indiquent les oiseaux que nous pouvons apercevoir        (tadorne de Belon , avocette , échasse blanche, aigrette garzette, chevalier gambette, barge à queue noire)… Le long du chemin des Loirs nous avons pu observer un chêne pédonculé avec une galle sur le gland provoqué par un petit Hyménoptère Andricus quercuscalicis. Les Tamaris qui bordent le marais hébergent une petite coccinelle Oenopia doublieri . Le long de la voie ferrée nous retrouvons des Robiniers faux acacia. Les bords du chemin et les fossés accueillent de nombreuses fleurs la Salicaire Lythrum salicaria, , l’armoise commune Artemisia vulgaris, l’épilobe velue Epilobium hirsutum, la Picride vipérine Picris echioides, la mauve sylvestre Malva sylvestris, la Guimauve Althaea officinalis,la pulicaire dysentérique Pulicaria dysenterica…Côté insecte nous remarquons  deux orthoptères Ruspolia nitidula le Conocéphale gracieux  et Uromenus rugosicollis l’Ephippigère carènée, des papillons le Flambé, l’Amaryllis , le petit sylvain , piéride, …Quelques araignées comme l’Argiope fasciée sont aussi sur le parcours .

Mais comment ces marais sont-ils alimentés ? Voici les explications données par Benoit Vallée Mounier saunier à l’Ile d’Olonne sur le fonctionnement hydraulique de ces marais

« 3 grandes écluses ont été mises en place sur le marais d’Olonne pour amplifier l’effet des marées en fonction des coefficients. Alors que l’écluse de la Gachère est la plupart du temps ouverte (en va et vient), elle se ferme lors de marées basses à fort coefficient (tous les 15 jours, durant 3 ou 4 jours) afin de laisser les marées hautes « surgonfler » le niveau d’eau salée du marais: les marais individuels peuvent ainsi prendre à leur guise de l’eau salée sans difficulté. A la sortie de cette prise, l’écluse revient en va et vient et le niveau global du marais descend à mesure que les coefficients descendent. Au moment du mort d’eau, l’écluse de la Bauduère s’ouvre (elle était fermée jusque- là) pour finir de renvoyer l’eau à la mer en passant également par le chenal des Sables. L’écluse reste alors ouverte au début de la remontée des coefficients: le marais se préremplit  par la Gachère et par les Sables. Puis avant de rentrer dans les grands coefficients, la Bauduère se ferme pour « fin de prise » et c’est alors que le marais finit de gagner en niveau grâce à la Gachère qui recommencera sa gestion de prise en se fermant à chaque marée basse. Et ainsi de suite …»

Un bel endroit où il faut venir et revenir.

Nicole Barot

RETOUR

Publicités