La sortie de mars 2015

Les Dunes de la Sauzaie (Brétignolles) 29 mars 2015

Sortie de Mars  proposée aux adhérents de l’APNO et du CPNS de St Gilles Croix de Vie.

André Barzic, sa longue vue déjà en place, nous invite à observer les fous de bassan qui remonte vers le nord. Pendant toute la sortie nous pourrons aussi  voir les passages d’oies bernaches se succéder.

Les dunes de la Sauzaie appartiennent à l’ensemble dunaire allant de Brétignolles à St Gilles, elles sont dans le périmètre du site  Natura 2000 «  dunes de la Sauzaie, marais du Jaunay » mais elles sont en grande partie privées, d’où la difficulté de mettre en place une réelle protection. Au niveau de la Sauzaie , les dunes sont perchées au- dessus de la falaise constituée par l’éperon rocheux de porphyroides  et limitées par une roselière.   On peut observer  des plantes de falaises comme la Criste marine, Crithmum maritimum et noter la  présence d’Armeria maritima  en fleur, de Limonium binervosum , de la Bette maritime Beta maritima et du Cranson danois Cochlearia danica

La formation des dunes commencée vers le IVème siècle  a progressivement obstruée (XVIème et XVIIIème siècle) l’embouchure  du Jaunay  et déviée le cours de celui-ci vers le nord.

La dune blanche mobile est très endommagée par l’érosion côté mer et subit une fréquentation assez importante. La dune mobile se reconstitue en de nombreux points par ensablement de la dune fixée.

La présence de l’oyat est plutôt réduite, et a tendance  à  être remplacé par l’Euphorbe maritime. On retrouve parmi les espèces en voie de fixation le liseron des sables, Convolvulus soldanella, la giroflée des dunes, Mathiola sinuata .La luzerne marine, Medicago marina est une plante protégée en Pays de Loire.

La laiche des sables, Carex arenaria se développe en ligne grâce à son rhizome, dans les sables mobiles.

La dune grise, plus ou moins fixée, occupe une grande partie du territoire, avec des zones où domine l’immortelle des dunes, Helichrysum stoechas. Le raisin de mer Ephedra distachya caractérise les zones les plus stables en formant des tapis denses en sorte de « tapis-brosse ».

La très rare et très protégée Omphalodes littoralis, petite annuelle endémique commençait à se montrer, dans des zones un peu remuées, c’était la vedette de la matinée, elle sera en fleur dans quelques  jours.

De vastes surfaces dunaires étaient autrefois cultivées (vigne, pomme de terre, légumes,…) nous avons  retrouvé des pieds de poireaux, du romarin et la structure de ces conches est  encore bien conservées. Dans la dune grise, le lamier amplexicaule,Lamium amplexicaule, l’Erodium cicutarium ,le sénecon commun des dunes , Senecio vulgaris L. ssp .denticulatus et le myosotis rameux ,Myosotis ramosissima étaient en fleurs. Le muscari à toupet ,Muscari comosum, le rosier pimprenelle, Rosa pimpinellifolia, la pimprenelle ,Sanguisorba minor et les orchidées ( Himantoglossum hircinum et Orchis morio) se préparent à fleurir.

Quelques pieds de Yucca gloriosa sont venus s’installer dans les dunes  et s’y développent très bien !

Nicole BAROT

Publicités