La sortie de juin 2014

Sortie Slikke et Schorre sortie guidée par Camille JOLLY

DSC_0958 (Copier)DSC_1001 (Copier)

Outre un ensemble dunaire bien conservé et très riche, notamment d’un point de vue botanique, le havre de la Gâchère présente un autre milieu de grand intérêt, celui des vasières halophiles et subhalophiles en situation d’arrière-dune. On distingue deux niveaux dans ces vasières : la slikke et le schorre (termes empruntés du néerlandais). On désigne cet ensemble sous le terme d’écotone : zone de transition écologique entre plusieurs écosystèmes (terrestres et marins).

DSC_1080 (Copier)

Le schorre, aussi appelé pré salé, correspond à la partie supérieure des vasières, c’est-à-dire la partie qui n’est recouverte que lors des pleines mers de vives eaux. L’espèce végétale caractéristique est l’obione (Halimione portulacoides), qui forme de véritable tapis.

DSC_1029 Obione et salicorne

Dans la partie haute et moyenne du schorre, on trouve deux espèces de statice (Limonium auriculae-ursifolium et Limonium vulgare), la soude maritime (Suaeda maritima), la salicorne ligneuse (Arthrocnemum fructicosum), l’élyme piquant (Elymus pycnanthus ou E. athericus), la betterave maritime (Beta vulgaris subsp. maritima), l’inule faux crithme (Inula crithmoides). Dans la partie basse du schorre, la salicorne ligneuse est remplacée par la salicorne vivace (Arthrocnemum perenne).

DSC_1031Salicorne (Copier)

La slikke désigne la partie inférieure de la vasière, c’est-à-dire la partie qui est recouverte à toutes les marées hautes, même celles de mortes eaux. Les vases sont généralement nues ou relativement pauvres en végétation. Ici, elle est essentiellement peuplée par une espèce de salicorne herbacée (Salicornia herbacea ou S. obscura), qui est celle qui est récoltée et consommée.

Elle abrite une importante biomasse bactérienne, qui joue un rôle essentiel dans les processus d’épuration et de recyclage de la matière organique, ainsi que de nombreuses espèces de bivalves, de petits gastéropodes, de crabes verts, de poissons, de vers et de mollusques. Ces derniers sont appréciés de nombreux d’oiseaux qui viennent se nourrir dans les vasières à marée basse.

Avant de s’intéresser au schorre et à la slikke, notre parcours est parti du haut de plage, a traversé la dune mobile puis la dune fixe. En plus du cortège typique de la végétation dunaire, nous avons pu observer quelques espèces protégées dans notre région : la renouée maritime (Polygonum maritimum, protection Bretagne et Pays de la Loire), DSC_0979 Polygonum maritimum (Copier)la luzerne marine (Medicago marina, protection Aquitaine et Pays de la Loire) et l’œilletde France ou des dunes (Dianthus hyssopifolium subsp. gallicus, protection nationale N1, endémique à aire restreinte).DSC_1013 Dianthus gallicus (Copier)

Par ailleurs, nous avons eu la chance de rencontrer une petite femelle de gravelot à collier interrompu (Charadrius alexandrinus, protection nationale), qui protégeait son nid dans lequel trois œufs avaient été pondus.DSC_0990 (Copier)

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s