La sortie d’Avril 2016

Coteaux de l’Ile d’Olonne sortie APNO 24 avril 2016

Le soleil et 36 personnes sont au rendez-vous pour explorer ces coteaux de l’Ile d’Olonne au départ de la première éolienne. Le parcours nous fait découvrir les chemins bordés de vieux chênes avec la flore de printemps : le géranium herbe à robert ( Geranium robertianum), le géranium à feuilles découpées (Geranium dissectum), les stellaires holostées (Stellaria holostea), le bugle rampant (Ajuga reptans), la germandrée ( Teucrium scorodonia), le compagnon blanc ( Silene latifolia) . Dans les fossés l’oenanthe safranée (Oenanthe crocata) pousse abondamment, c’est une plante toxique, une autre apiacée (ex-ombellifère ) est déjà en fleur c’est l’anthrisque (Anthriscus sylvestris). Les oiseaux sont bien présents, le rossignol se fait entendre, puis le pinson, le rouge gorge, la fauvette grisette, le pouillot véloce … Deux buses tournent pour repérer leurs proies, un héron passe au- dessus de nos têtes , les mouettes mélanocephales font entendre leurs cris . Un tarier pâtre se pose sur un buisson puis c’est sa femelle qui apparaît. Les landes à ajoncs sont de bons milieux protecteurs pour nidifier notamment pour la fauvette pitchou. Les prairies sont couvertes d’Orchis morio violette parfois blanche ou d’Orchis laxiflora significative d’une zone plus humide, Yves est intarissable ! Une fourmillère s’anime au -dessus de son tas de brindilles ,orientée vers le sud .D’autres insectes attirent le regard de nos photographes : papillons (mégère, paon du jour) une mouche -scorpion (Panorpa germanica), une syrphidae identifiable à son vol stationnaire ,Rhingia campestris , elle se nourrit de nectar d’ombellifère, un coléoptère cerambicidae aux longues antennes( Mesosa nebulosa) se nourrit de pollen .Sous la ligne haute tension une partie de la haie a été rasée, y avait-il utilité de couper au ras du sol et d’interrompre une zone de refuge et de protection pour les animaux ? Beaucoup de questions sont posées autour des prochains aménagements de cette zone, aucune certitude de garder ces mosaïques de boisements, de landes à ajoncs et de prairies anciennes malgré leur valeur biologique et leur intérêt pour la biodiversité. Nicole BAROT

Pour plus d’infos sur la faune de ces coteaux retrouver le site de VNE ( Vendée Nature Environnement) à la rubrique biodiversité menacée au pays des Olonnes (10 derniers articles).

Et puisque vous avez été sages (?) en bonus, un beau réveil-matin:

Publicités